Accueil

 

                                                Bienvenue a MOSTAGANEM                                                             DAIRA DE BOUGUIRAT

Mostaganem estune ville de 205 000 habitants, située à 104 mètres d'altitude sur le rebord d’un plateau côtier. La ville contemple à l’ouest la large baie d’Arzew que termine le djebel Orousse ; elle est considérée comme la capitale de la Dahra.La ville est assise sur les rives de l’Aïn Sefra dont, à plusieurs reprises et notamment en 1927, elle a eu à redouter les crues. Elle se compose d’une ville neuve, très étendue, et d’une vieille ville, plus compacte, accrochées de part et d’autre d’un profond ravin creusé par l’Aïn Sefra, qui arrose des jardins. La localité est bien située au débouché des plaines du Chélif et de la Macta.Bien qu’elle ait depuis longtemps cédé le pas à la métropole de l’Algérie occidentale, Oran, Mostaganem est une ville grouillante qui a gardé un caractère ancien, mais s’est également ouverte à une économie moderne avec la création d’une sucrerie produisant de 70 à 80 000 tonnes de sucre raffiné par an, ainsi qu’une usine de pâte à papier traitant 180 000 tonnes d’alfa par an.HistoireAntiquitéLe site est occupé par les Phéniciens. Port punique du nom de Murustaga, la ville fut reconstruite par les Romains qui lui donnèrent, au temps de Gallien (260-268), le nom de Cartenna. Le site semble avoir été occupé durant le haut Moyen Âge.Période islamiqueMostaganem est le foyer des tribus Zénètes jusqu'à l'arrivée la dynastie berbère Almoravides. C’est sous le règne de l’Almoravide Youssef Ibn Tachfin (1061-1106) que l’on attribue, en 1082, la fondation de bordj El Mehal, l’ancienne citadelle de Mostaganem. Après lui, Mostaganem appartient aux Zyanides de Tlemcen, puis aux Mérinides de Fès, dont l’un d’eux, Abou El Hassene Ali Ibn Abi Said, fit construire la grande mosquée en 1341.Période espagnoleEn 1511, les Espagnols imposèrent aux habitants de Mostaganem un traité que ceux-ci refusèrent d’admettre.Sidi Belkacem Lakhdar Ben Abdellah Ben Khlouf surnommé Sidi Lakhdar Ben Khlouf qui a appris le Coran appartenait à la tribu des “Azafria”Très jeune, vers 1516, il se souvenait du protectorat espagnol sur Ténès et ses environs et de l’émir Yahia Ziani et de Khaïredine Bacha Abdellah, qui a passé toute sa jeunesse à Mazagran, participa à la bataille contre les Espagnols qui a eu lieu en 1558. Il fut la gloire de la poésie populaire algérienne. Sa célébrité s’est répandue au-delà des Béni Chougrane et de Mascara où il a passé quelques années de sa vie. Des le Med’h “El Kheïma” chanté dans l’école de Constantine et s’il faut remonter à la pièce “Bit Ech’âar” (maison de poils) et la victoire des Algériens sur les Espagnols à Mazagran en 1554, où mourut le comte Alcaudete,Don pedro Garceran de Borja, qui était le grand maître de l’ordre de Montesa, capitaine général, est nommé à Oran depuis un an lorsque le 14 juillet 1568, dont Juan d’Autriche, fils bâtard de Charles Quint, frère du roi Philippe II d'Espagne, arrive dans le port de Mers El-Kébir.Période ottomane1516 : Mostaganem tomba aux mains des Ottomans. Dès lors, Rivale d’Oran Espagnole, elle voit son importance croître. Après plusieurs années de résistance, ils firent appel à Kheïr Ed Dine Barberousse avec l’aide duquel ils infligèrent aux Espagnols une sérieuse défaite devant Mazaghran (août 1558). Mostaganem passa alors sous la domination des Ottomans ; elle fut agrandie et fortifiée par Kheïr Ed Dine. À la solde de la France, la garnison d'Ottomans d’Alger et de Kouloughlis résista aux Français à deux reprises (1832 et 1833).Mostaganem et sa région ont abrité de nombreux Maures d'Espagne, qui ont construit de nombreux quartiers et villages et fondé de grandes exploitations agricoles. Le commerce avec l'Espagne (et avant Al-Andalus) était aussi très actif2.La colonisation françaiseC’est une grande place forte maritime que les troupes françaises doivent prendre d’assaut en juillet 1833, car l'armée française avait peur que la ville tombe sous le contrôle de l'émir Abd El-Kader3Le général[Lequel ?] en fait une garnison importante où est formé en 1847 le premier régiment de tirailleurs algériens, les turcos, sous les ordres du commandant Bosquet. Puis la ville grandit à mesure que la colonisation peuple l’immédiat arrière-pays et que le développement des communications la met en relation avec les régions de l’intérieur. Tijditt, la vieille ville arabe subsiste au nord, en arc de cercle autour de la courbe concave de l’Aïn Sefra : elle renferme les tombeaux des santons, vénérés à la ronde. Au nord et à l’est, de chaque côté de l’oued caché sous les constructions, s’étend la ville européenne, méditerranéenne d’aspect, avec ses maisons à arcades et ses rues ombragées de platanes, des rampes à fortes pentes qui franchissent le rebord du plateau la rattachant au port compris entre les pointes de la Salamandre et de Karouba.C'est du balcon de l'hôtel de ville de Mostaganem, en juin 1958, que le général de Gaulle prononce pour la dernière fois "Vive l'Algérie française".Vie quotidienne CultureLe mausolée du marabout sidi lakhdar benkhlouf.Mostaganem se targue d'avoir donné naissance à des personnages illustres comme le dramaturge Ould Abderahmane Abdelkader, dit Kaki, le metteur en scène Mohammed Chouikh, et des historiens tel Moulay Belhamissi, et des paroliers tel kadda Medjeded. Fief du théâtre amateur et populaire, elle abrite les grands spécialistes de la musique andalouse : Hadj Moulay Benkrizi, de la musique populaire citadine (chaâbi, Maâzouz Bouadjadj, Habib Bettahar), les maîtres de la tradition musicale bédouine (cheikh Hamada, cheikh Djilali Aïn Tedles) et des poètes tel que Cheikh Abdelkader Bentobdji, Sidi Lakhdar Ben Khlouf, qui sont auteurs de célèbres quacidates de la poésie melhoun léguées autant au chaabi qu'au bédoui tel qu'Abdelkader ya BoualemLe port : situé à l’ouest de la ville, au débouché du ravin de l’Aïn Sefra, le port s’ouvre entre la pointe de la Salamandre et la pointe de Kharouba. Trop peu accentuée pour fournir un abri suffisant, la rade reste ouverte à tous les vents dangereux de l’ouest. Deux jetées, l’une au nord (de 1 230 m), l’autre au sud-ouest (de 335 m), protègent le port d’une superficie de 14 ha. Les terre-pleins desservis par trois km de voies ferrées couvrent dix hectares. Il est pourvu d’un outillage moderne et dispose de 10 000 m2 de hangars publics. Le port a enregistré un trafic de 1 000 014 tonnes en 2002. À partir de 1980, il est devenu l’un des principaux ports de l’ouest Algérien désigné pour recevoir notamment les matériaux préfabriqués destinés à la reconstruction d’El Asnam. Un silo de 20 000 tonnes y a été aménagé.L'hôtel de ville : d’où que l’on vienne, de Ténès, de Relizane ou d’Oran, on arrive dans la ville neuve, sur une grande place aménagée à l’emplacement d’une ancienne porte. Là s’élève l’hôtel de ville (A.P.C, arch. M. Monthalant 1927) doté d'une tour ayant la forme d’un minaret ; derrière l'hôtel de ville se trouve un vaste jardin public : le jardin de l’émir Abd El Kader.L’avenue Benaïed Bendehiba (anc. avenue du 1er de ligne) : elle part de l’hôtel de ville pour aboutir à la place du 1er-Novembre-1954 (anciennement place de la République). Bordée d'arcades, c'est l’artère la plus animée de la ville. L’ancienne église Saint-Jean-Baptiste, transformée depuis 1970 en mosquée (Mosquée Badr), s'y élève.L'ancien quartier du Derb el Houd (quartier juif) et de Tobbana (de Top Haneh, rappelant la batterie qui surveillait le port) est situé au nord de la place en partant du siège de la Daïra. Il est traversé par la rue Mahieddine Benamour ; celle-ci passe devant l’ancienne maison du caïd (Dar el Kaïd transformée en 2004 en musée des arts populaires), où était la résidence du représentant du bey de Mascara et de Hamid el Abd (chef de la confédération des Mehals XVIe siècle), et atteint le cœur de ce quartier ou El Kria (le centre), à proximité de l’ancien bordj El Mehal (construit 1082). Celui-ci fut transformé en prison civile.Au-delà la rue Aïssa Drey conduit aux remparts turcs, ruinés, et contre lesquels s’adosse le palais du bey d’Oran Mohamed-El Kebir, construit en 1750 on voit à proximité la mosquée élevée en 1341 par le mérinide Abou El Hassene, très endommagée durant la période coloniale (elle servit de caserne jusqu'à mai 1865 : visite de Napoléon III) et que voisine la Mahkama (tribunal religieux).À l’extrémité de la vieille ville Tijidit, vers la mer, zaouïa du cheikh Khaled Bentounès de la Zaouia Alawiya, successeur du Cheikh El Allaoui.À droite de l’avenue Bendehiba Benaïed et de la place du 1er-Novembre, partent des rues vers l’Aïn Sefra. On y trouve le marché couvert, donnant sur la rue du 26-Novembre-1927 et, un peu plus loin sur la même rive, la place des Trois-Frères-Bencheikh (ancienne place Thiers ; marché en plein air le matin). Par une esplanade, on accède au quartier Matemore, sis dans une boucle de l’oued, et dont le nom rappelle les silos turcs où étaient entassés armes et provision. Un nouveau pont (pont du 17-Octobre) proche de l’A.P.C y accède directement depuis l’avenue Benaïed.La partie de la ville comprise entre l’avenue Benaïed Bendehiba et le quartier Matemore ont été considérablement modifiées depuis 1927 : une crue subite de l’Aïn Sefra avait dans la nuit du 27 novembre, emporté l’ancienne place Gambetta avec son square, ses arbres, et les maisons environnantes causant de nombreuses victimes. Des travaux furent alors entrepris pour éviter de nouvelles inondations, le lit de l'Oued creusé et la place Gambetta remplacée par trois ponts. En 1968 fut décidé l’aménagement d’une nouvelle esplanade qui remplace les ponts.Au nord du quartier de Matemore, se trouve la porte des Medjaher, à proximité du parc du 20-Août (construit en 1964). Le parc est ouvert par une porte monumentale, avec de curieuses architectures pseudo-japonaises. La terrasse offre une jolie vue sur la ville, le port et la baie d’Arzew. À côté, dominant l’oued l’ancien fort turc fut construit au XIIIe siècle puis restauré par les Ottomans au XVIIIe siècle et les Français au XIXe siècle (transformé en musée d'archéologie en 2004). De là, on peut rentrer en ville par la porte d’El Arsa (des vergers) que voisinent les koubbas du bey Bouchlaghem (XVIIIe siècle) et de sa femme Lalla Aïchouche ; en suivant le rempart on voit également le tombeau du Bey Mustapha El Ahmar (XVIIIe siècle), fort endommagé par les Français, transformé aujourd’hui en maison de l’artisanat 2003 (ancienne poudrière 1936).La rue Salah Merzouk (route de Ténès) conduit vers le nord au quartier de Tijditt qui ne date que de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Ce quartier était demeuré la ville berbère en opposition à la ville turque intra-muros. Elle a conservé quelques vieilles mosquées et de nombreux tombeaux vénérés dont celui de Sidi Maazouz El Bahri, qui vécut au XIIe siècle et dont le corps fut transféré dans le quartier, lors de la construction du port. Proche du cimetière Mosquée de Sidi Khaled. Plus loin, on arriverait aux plages de Moulin Bigore, Baie aux Pirates et Karouba (5 km).Les plages : à l'ouest, la plage des Sablettes, après La Salamandre (port de pêche et de plaisance, toujours en construction depuis mars 2002), est réputée. À l'est, on retient les plages d'Aïn Brahim, Petit-Port, Ouilis et du Cap Ivi où la pinède descend jusqu'à la mer.À l’ouest et en contrebas de la place du 1er-Novembre, se trouvaient d’importantes casernes remplacées en 1970 par l’Institut de Technologie Agricole. Depuis la création de l’université de Mostaganem en 1978, il représente le site III de l’université dont la bibliothèque centrale contient 500 000 ouvrages et se répartit sur cinq niveaux (inaugurée en 2004).D’héroïques résistances : Mazaghran fut le cadre en août 1558 d’une terrible défaite des troupes espagnoles dirigées par le conte d’Alcaudète, gouverneur d’Oran qui ne put s’emparer de Mostaganem, laquelle sut également résister courageusement à cette tentative d’occupation. De même en 1840, la ville fut le théâtre d’un célèbre siège, soutenu du 3 au 6 février 1840, pendant lequel 123 soldats français placés sous les ordres du capitaine Lelièvre, résistèrent aux assauts répétés des troupes d’Abd El-Kader fortes de 10 000 hommes.Une fréquentation des plages sans cesse croissante, un riche patrimoine archéologique, culturel et artistique, Mostaganem destination incontournable et futur pôle du tourisme balnéaire, offre d'énormes opportunités.   bien temps et merci                                                                                                                                                                                                          YOUNESMOSTA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site